Auteure
Alison Bérubé
3 juillet 2020

Pratiquer des méthodes de travail collaboratives, est-ce possible dans tous les milieux ?

La majorité des milieux de travail présente une culture et une structure hiérarchique. La hiérarchie se définit comme étant une « organisation qui classe les personnes, leurs états, leurs fonctions selon des échelons subordonnés les uns aux autres, chaque échelon correspondant à un degré de pouvoir, de responsabilité, de compétence, de dignité, etc. » ; « un ensemble de personnes qui sont au sommet de la hiérarchie, qui décident, dirigent. » (Larousse, 2020)

 

Malgré ce type de structure, il est possible d’exercer son leadership individuel et d’initier des méthodes de travail collaboratives qui ne demandent pas nécessairement la permission de ses supérieurs. Ces pratiques valorisent l’apport des individus et leur plein potentiel. Certains auteurs, comme Slade (2018), classifient ces méthodes de « non hiérarchiques ».

 

Pour que ces pratiques soient efficaces, il est essentiel que le rôle, les expertises et les passions de chacun s’alignent avec la vision et la mission de l’organisation.

 

Ayant travaillé dans une institution universitaire pendant près de 10 ans, j’ai expérimenté des méthodes de travail collaboratives ou « non hiérarchiques », et ce, sans le savoir ! Instinctivement, notre équipe de travail autogérait le déroulement et le contenu de ses réunions, ainsi que la répartition des tâches requises pour l’atteinte des objectifs. Il est possible de faire preuve de leadership et de prendre les initiatives nécessaires pour faciliter la collaboration et démontrer notre valeur ajoutée à l’intérieur d’une structure hiérarchique.

 

D’ailleurs, Slade (2018) nous rappelle que l’être humain opère naturellement de manière non hiérarchique. Pour reprendre sa métaphore, comme les oiseaux qui repartent au Sud et les ours qui hibernent durant l’hiver, nous sommes des êtres qui auto-organisent instinctivement ses différentes sphères de vie.

 

Voici quelques avantages à adopter des méthodes de travail collaboratives :

 

1. Les collègues se tiennent mutuellement responsables et la responsabilité est partagée.

2. Chaque membre de l’équipe exerce leur leadership individuel.

3. Chacun honore leurs engagements, même si les tâches ne leur sont pas imposées. 

4. Les actions sont à la fois participatives et réactives.

5. Les méthodes collaboratives rendent l'organisation équitable, générative et juste.

 

Adopter des méthodes de travail collaboratives ne se fait pas du jour au lendemain. Donnez-vous le temps nécessaire pour réfléchir aux changements que vous souhaitez voir dans votre organisation. Puis, essayez une nouvelle pratique à la fois. N’ayez pas peur d’essayer et d’innover, c’est ainsi que l’on grandit !

 

Pour plus d’informations : www.ostrategies.ca ou info@ostrategies.ca  

 

Source :

Slade, S. (2018). Going horizontal – creating a non-hierarchical organization, one practice at a time. Berrett-Koehler : Oakland, CA